Get Adobe Flash player

Cayenne

La cayenne augmente les propriétés des autres plantes tout en offrant ses propres valeurs lorsqu’elle est prise en mélange. En effet, elle les fait circuler rapidement vers la région souhaitée.

Elle est très utilisée, surtout par les herboristes anglophones au Canada et aux Etats-Unis.

Elle nettoie le sang. Elle aide le coeur et équilibre la tension artérielle. 

Son affinité avec le système circulatoire est bien connue : elle est spécifiquement bonne lorsque les extrémités sont froides.

Elle est efficace lors de crampes et de varices.


Elle tonifie la sphère digestive. Elle stimule la sécrétion des sucs gastriques (estomac, foie, pancréas, glandes salivaires). Elle lutte contre le manque d’appétit, la constipation, le symptôme du colon irritable, les hémorroïdes.

Elle soutient le corps en cas de dépendance à l’alcool.

Elle élimine l’alcool du sang le lendemain d’une soirée alcoolisée. Elle augmente l’oxygénation.

Elle réduit les taux de cholestérol, les triglycérides, le risque d’agrégation des plaquettes sanguines.

Elle soulage les douleurs : mal de tête, névralgie, tendinite, bursite, arthrite, rhymatisme, mais aussi aide à lutter contre les allergies.

La cayenne calme ausi le système nerveux exacerbé.

Elle est expectorante lors de problèmes respiratoires : toux, maux de gorge (faire un gargarisme avec l’élixir dilué dans l’eau avant d’en avaler), bronchite, grippe, laryngite…

La cayenne doit se prendre, à l’exception des autres plantes, pendant les repas (ou juste après) et toujours dans de l’eau.

Eviter des doses thérapeutiques durant la grossesse et l’allaitement ainsi qu’en cas d’ulcères gastriques.

La cayenne est émétique (fait vomir) si elle est prise en trop grandes quantités.

La cayenne n’est pas recommandée aux enfants de moins de 2 ans.

Il existe une intéraction avec les broncho-dilatateurs pharmaceutiques comme le théophylline.

 

 

 

Nombre de visites
Diaporama